Université de Paris 1 - Année universitaire 2009-2010

Cours : "Penser et construire l'Europe XIX-XXIe siècle"

Séance 2:

De l' "âge d'or" au dévoiement de l'idée européenne

(1919-1945)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I. Le premier âge d'or de l'unité européenne dans les années 1920

A. Les "trois moteurs" de la construction européenne

1- Réaliser la paix en Europe

XXVe Congrès universel de la paix (Genève du 18 au 23 septembre 1926) adopte une résolution en faveur d'une « union économique des États européens »

2. Rapprocher la France et l’Allemagne

Les rencontres de Colpach dont l'artisan est le sidérurgiste Emile Mayrisch (LUX.)

Emile Mayrisch, le directeur de l’ARBED, acheta le chateau de Colpach en 1917. Véritable foyer de culture, animé par Madame Mayrisch, née Aline de Saint-Hubert, le château de Colpach fut le lieu de rencontre et de séjour de nombreuses personnalités européennes du monde politique, économique et artistique dans l’entre-deux-guerres (W. Rathenau, A. Gide, P. Desjardins, J. Rivière, O. Bartning, T. van Rysselberghe, A. Kolb …).

Vue actuelle du chateau de Colpach

3. Enrayer le déclin de l'Europe

« Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles… Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. […] Un frisson extraordinaire a couru la moelle de l’Europe. Elle a senti par tous ses noyaux pensants qu’elle cessait de se ressembler, qu’elle allait perdre conscience.[...] L’Europe va –telle garder sa prééminence dans tous les genres ? L’Europe deviendra -t-elle ce qu’elle est en réalité , c’est-à-dire : un petit cap du continent asiatique? Ou bien l’Europe restera -t-elle ce qu’elle paraît , c’est-à-dire : la partie précieuse de l’univers terrestre, la perle de la sphère, le cerveau d’un vaste corps? » [Paul Valéry, « La crise de l’Esprit », 1919]

Pour lire l'intégralité de cet ouvrage en ligne, allez ici.

"Le partage [du travail] se fait entre l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Archipel japonais, entre deux groupes de race blanche et un groupe de race jaune. Il existe maintenant plusieurs foyers de haute humanité au lieu d'un. Depuis les grandes découvertes, le monde s'était européanisé ; sous l'influence de continents et de peuples plus jeunes dans le progrès, il tend à se régionaliser. Il se prépare un nouveau classement des régions de la terre où l'Europe ne tiendra plus seule la tête. C'est une rupture d'équilibre qui s'accomplit au détriment de l'Europe". [Albert Demangeon, Le déclin de l'Europe, 1920].

Notice Biographique d'Albert Demangeon par Denis Wolff [auteur d’une thèse intitulée « Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne », soutenue le 4 avril 2005, à l’université Paris I- Panthéon Sorbonne, sous la direction de Mme le Professeur Marie-Claire Robic.] ==> Lire MUET Yannick, Les géographes et l’Europe. L’idée européenne dans la pensée géopolitique française de 1919 à 1939, Institut européen de l’Université de Genève, 1996, coll. « Euryopa », 102 p. [Disponible en ligne]

Gaston RIOU, S'unir ou mourir, 1929.


B. La naissance du militantisme pro-européen

Richard Coudenhove Kalergi (1894-1972)

"L’Europe a irrémédiablement perdue sa suprématie sur le monde, mais il lui reste encore son indépendance, sa culture, son avenir, son empire colonial. Si elle s’unissait à temps, elle pourrait, comme cinquième groupement et avec les mêmes droits que les autres, prendre encore part au partage de la Terre ; tandis que si elle est divisée, elle sombrera obligatoirement dans l’insignifiance politique jusqu’au jour où, ayant perdu ses colonies, banqueroutière, réduite à la misère et endettée, elle sera la proie de l’invasion russe". [Coudenhove-Kalergi, Paneuropa, 1923].

Le Comité fédéral de coopération européenne présidé par Emile Borel (1871-1956) qui défend l'idée de Coopération européenne « dans le cadre et dans l’esprit de la Société des Nations »

Le Comité fédéral de coopération européenne a été fondé les 24-25 novembre 1928 et « a pour but de grouper méthodiquement, sans acception de partis, toutes les forces politiques, économiques et morales qui tendent à organiser et à développer, entre les nations européennes, dans le cadre et dans l’esprit de la Société des Nations, une constante coopération propre à abaisser progressivement les barrières qui les séparent, à affirmer leur désir de paix, à permettre la solution des questions qui leur sont propres et en général à augmenter leur bien-être moral et matériel » (Extrait des Statuts du Comité fédéral de coopération européenne, 1930).

Mais réalités et limites d'une mobilisation transnationale en faveur de l'idée européenne

Union paneuropéenne : 6 000 à 9 000 membres.

Wilhelm Heile (secrétaire général du Comité fédéral de coopération européenne défend l'idée d'une: « propagande entreprise auprès de hautes personnalités de chaque pays au lieu d’une agitation dans les masses » (juin 1930).

Européisme exogène/ européisme endogène
Belgique
Royaume-Uni

Capacité d’influence sur les sphères décisionnelles ?
Pan-Europe et le gouvernement allemand
Coudenhove anti-révisionniste
Hostilité des conseillers de Stresemann

C. L'entrée de l'idée européenne dans la sphère diplomatique

5 septembre 1929 : Aristide Briand propose devant la SDN d'instituer une "sorte de lien fédéral" entre les peuples européens.

1930 - 1er mai : mémorandum sur « l’organisation d’un régime d’union fédérale européenne » adressé par la France à tous les gouvernements européens.
Respect absolu des souverainetés nationales + structure calquée sur celle de la SDN.

Préambule du Mémorandum

- Réfutation des accusations selon lesquelles l’institution nouvelle pourrait nuire à la SDN
« Il ne s’agit nullement de constituer un groupement européen en dehors de la SdN, mais au contraire d'harmoniser les intérêts européens sous le contrôle et dans l'esprit de la SdN (…) »

- Réfutation d’une éventuelle hostilité du projet à l’égard d’autres Etats extra-européens
L’abolition des douanes intérieures ne signifie pas l’instauration aux limites de la communauté d’une « barrière plus rigoureuse ».

- Pas d’abandons de souveraineté de la part des Etats membres
« C’est sur le plan de la souveraineté absolue et de l’entière indépendance politique que doit être réalisée l’entente entre nations européennes ».

Propositions concrètes du Mémorandum

Elaboration d’un « pacte d’ordre général à caractère politique »
« Assurer à l’Union européenne les organes indispensables à l’accomplissement de sa tâche ».

Mécanisme propre à l'Union européenne

  • Conférence européenne
  • Comité politique
  • Secrétariat

"Subordination du problème économique au problème politique".

"Fédération fondée sur l'idée d'union et non d'unité " ( « Extension progressive à toute la communauté européenne de la politique de garanties internationales inaugurée à Locarno »)

"approchement des économies européennes réalisé sous la responsabilité politique des gouvernements solidaires"

  • « pacte de solidarité économique » dont le but final serait l’ « établissement d’un marché commun pour l’élévation au maximum du niveau de bien-être humain sur l’ensemble des territoires de la Communauté européenne».
  • « organisation rationnelle de la production et des échanges européens par voie de libération progressive et de simplification méthodique de la circulation des marchandises, des capitaux et des personnes »

Voir le manuscrit original du Mémorandum français rédigé par Alexis Léger (site du Quai d'Orsay)

 

1930 - 23 septembre : première séance de la Commission d’étude pour l’Union européenne (SDN) dont les travaux cessent en 1932.

II. Le recul de l'idée européenne dans les années 1930

A. Une "religion à laquelle personne ne croit plus"?

Déclin des mouvements européens des années 1920
1933 : disparition
du «Paneuropäische Union Deutschland»
du Comité allemand de Coopération européenne

Une nouvelle venue : l’Union Jeune Europe
Union Jeune-Europe (Genève, 1930)
Devient en 1933 ? Ligue pour les Etats-Unis d’Europe

France : Ligue pour les Etats-Unis d’Europe (1934)

Europa Union (Hans Bauer) – (Bâle, juin 1934)

B. Le développement des projets régionalistes

- En Europe occidentale

22 décembre 1930 : Convention d’Oslo
Norvège, Suède, Danemark, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas

16 juin 1932 : Convention d’Ouchy
Belgique, Pays-Bas et Luxembourg

- En Europe centrale

Elemér Hantos (1880-1942) - hongrois
= « grand marché » de l’Europe centrale
Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie et Roumanie.

Milan Hodza (1878-1944) – slovaque
rapprocher les cinq mêmes pays par une série d’accords politiques et économiques bilatéraux, afin de les soustraire aux grandes puissances périphériques (Allemagne et Russie).

C. L'Européisme au défi du fascisme

Italie fasciste et l’idée européenne
Antieuropa – Asvero Gravelli

Adolf Hitler considère Coudenhove comme « Allerweltsbastard » et ses idées comme un « enfantillage fantastique et historiquement impossible»  («fantastische Kinderei und historisch unmöglich »)

Antifascisme et idée européenne :

Carlo Rosselli (1899-1937) dans le journal Giustizia e Libertà (1929 – Paris) écrit :


« Faire l’Europe. […] La gauche européenne devrait s’emparer de ce thème abandonné jusque-là aux diplomates et aux Coudenhove-Kalergi. Le populariser parmi les masses. Leur annoncer dès maintenant la convocation d’une assemblée européenne, composée de délégués élus par les peuples qui élabore à absolue parité de droits et de devoirs la première constitution fédérale européenne, nomme le premier gouvernement européen, fixe les principes fondamentaux de la coexistence européenne, démonétise les frontières et les douanes, organise une force au service du nouveau droit européen, et donne vie aux États-Unis d’Europe
" (in « Européisme ou fascisme », Giustizia e Libertà, 17 mai 1935).

L'âge d'or de l'européisme britannique

- La New Commonwealth Society de Lord David Davies
1936 : Churchill, président de la section britannique
1937 : 18 sections nationales

- Federal Union (1938)
fondé par 3 jeunes étudiants d’Oxford
10 000 adhérents en 1940 et 227 sections.

- Section britannique de Pan-Europe (créée juin 1939)

Lire de Christophe Le Dréau "Un européisme britannique conquérant : les tentatives d’implantation de la New Commonwealth Society et de Federal Union sur le continent (1938-1940)"

- Projet d'union franco-britannique du 16 juin 1940 : institution d’un Parlement, d’un gouvernement, d’une armée et d’une citoyenneté commune autour de laquelle les autres Etats européens se seraient regroupés successivement.

=> première fois qu’un gouvernement propose un projet d’unification de caractère essentiellement fédéral

 

III. Les contradictions de la Seconde Guerre mondiale

A. L'idée européenne dévoyée par l'Allemagne nazie

Instrumentalisation de l'idée européenne par la propagande allemande

Les thèmes développés sont :
- Une Europe prospère, à l’économie harmonieuse. « Grossraum » (Grand Espace) – Carl Schmitt

 

- Une Europe libérée du capitalisme anglo-saxon

- Une Europe unie dans une croisade anti-bolchévique.

L'Europe des collaborationnistes

- Pierre DRIEU LA ROCHELLE (1893-1945)
« Dans tout fédéralisme, il y a obligatoirement une hégémonie, et on ne peut accepter le fédéralisme sans accepter l’influence de la nation prépondérante ».

- Marcel DEAT (1894-1955)
« L’Allemagne, en cette construction de l’Europe, a le rôle du maître d’œuvre. Lequel n’est pas un tyran, mais guide, conseille, et même consulte les compagnons. […] La future cathédrale européenne avait besoin d’un maître d’œuvre, sans quoi elle n’aurait jamais été bâtie » (28-29 avril 1941).

B. L'idée européenne au sein des mouvements de résistance

Juin 1941 : Manifeste de Ventotene ( Altiero Spinelli et Ernesto Rossi)
1°/ « la crise de la civilisation moderne », critique des Etats-nations devenus Etats-Moloch, «faiseurs de soldats» et briseurs des libertés individuelles.
2°/ Créer de toutes pièces «l'unité européenne» qui nécessite le recours à «l'action révolutionnaire».
3°/ Mener à bien «la réforme de la société», selon un équilibre savant entre socialisme et action individuelle.
=> Movimento Federalista Europeo (juillet 1943)

Déclaration des Résistances européennes (7 juillet 1944)

C. Les projets européens des gouvernements en exil

- LONDRES:
Hubert RIPKA (Tchéque)
Jozef RETINGER (Polonais)
BENELUX (5 septembre 1944)

- ALGER (CFLN)
Jean Monnet « entité européenne » (5 août 1943)
Charles De Gaulle parle de groupement occidental, «principalement sur une base économique et sans que soit entamée la souveraineté de chacun » (18 mars 1944)

- Etats-Unis et URSS rejettent l’idée d’une Europe fédérée
Sauf CHURCHILL : « Conseil de l’Europe » (mars 1943)

[Retour à la page d'accueil du cours Europe occidentale]